Mot de la bête
 

On me perçoit souvent comme une chose étrange et obscure, indéfinissable et insaisissable. Je donne parfois l’impression d’être un animal sauvage, replié sur lui-même, vivant reclus dans une forêt de symboles. Il est vrai que je suis capable de bouleverser, de faire frémir et pleurer sans même présenter ma gueule dentée grande ouverte. Et pourtant je mords, là où ça fait du bien, dans ces replis de l’âme que peu osent offrir à goûter. Je défonce les portes menant aux souvenirs et aux rêves les plus profonds, les ramène à la surface pour les faire rugir dans la lumière. Bien malgré moi, je provoque la rencontre intime entre les êtres et les choses, fouille leur nature refoulée, tâte leurs origines à travers l’en dessous l’admirable de toute réalité.

Oui, je suis, en quelque sorte, une bête. Un animal littéraire. Et je vous convie, en mars 2015, dans mon bestiaire, rempli de créatures grouillantes de mots, de musique et d’images. Elles incarnent la beauté sauvage du monde, celle qui berce et ébranle à la fois, qui ne laisse personne indifférent. Saurez-vous vous laisser séduire, vous laisser mordre, oserez-vous caresser la gueule du loup ?

La Bête



Programmation